Que sont les ovaires polykystiques?

Les ovaires polykystiques se caractérisent par un grand nombre de follicules (plus de 8) de petite taille (moins de 10 mm) qui se trouvent dans les ovaires au repos, en plus grand nombre que ceux qui existent dans les ovaires normaux.

Les femmes avec ce type d’ovaires ovulent plus ou moins régulièrement et ne souffrent pas forcément de perte de fertilité, la grossesse est donc tout à fait possible.

Il est important de différencier l’ovaire polykystique et le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) qui ne sont pas la même chose puisqu’il existe une croyance qu’il s’agit de la même pathologie.

La grande différence est que les femmes avec un ovaire polykystique ne présentent généralement aucun problème de fertilité tandis que les femmes avec SOPK ont des difficultés pour ovuler et, donc, pour obtenir une grossesse.

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), également appelé Syndrome de Stein- Leventhal en honneur à ses découvreurs, est l’une des causes les plus fréquentes d’infertilité chez la femme et représente 10% des femmes en âge de procréer. Il se caractérise par le trio obésité, anovulation et hyperandrogénie.

Les hormones féminines sont les œstrogènes et la progestérone mais toute femme possède en plus une petite quantité d’androgènes, hormone typique masculine qui augmente chez les femmes avec ce syndrome. Pour cette raison, le cycle menstruel ne se régule pas correctement et ne produit pas d’ovulation, les follicules ne libèrent pas les ovules car ceux-ci ne mûrissent pas et donnent lieu à la formation de kystes dans l’ovaire.

Symptômes du SOPK

Le SOPK se caractérise par le trio obésité, anovulation et hyperandrogénie, mais en général les patientes ont pour habitude de présenter deux symptômes ou plus parmi les suivants:

  • Kystes dans les ovaires.
  • Irrégularités de la menstruation: oligoménorrhée, aménorrhée, polyménorrhée, hyperménorrhée.
  • Anovulation: elle est due à l’augmentation des niveaux de LH et provoque l’infertilité dans 75% des cas.
  • Hirsutisme: croissance de poils sur les zones propres à l’homme provoquée par les niveaux élevés d’androgènes.
  • Alopécie: les androgènes, à leur tour, provoquent la chute des cheveux, car le cheveu mûrit prématurément.
  • Acné et peau grasse: du aux niveaux élevés de testostérone.
  • Troubles hormonaux: testostérone, prolactine et LH élevées, relation LH/FSH élevée et androstènedione élevée.
  • Résistance à l’insuline: peut provoquer le diabète et l’obésité.
  • Acanthosis nigricans: plaques de peau sombres dans le cou et les aisselles.
  • Dyslipidémie: les niveaux de cholestérol et triglycérides augmentent ce qui peut provoquer des maladies cardiovasculaires.
  • Cancer du sein et endométriose: les niveaux élevés d’œstrogènes provoquent la croissance de l’endomètre à chaque cycle, ainsi il est fort probable que les cellules mutent et un cancer se développe.

Toutes les femmes ne présentent pas forcément tous les symptômes.

Pour accéder à toutes les informations facilement, vous pouvez suivre le sommaire indiqué à gauche de la page.